• Nous avons rencontré Hélène, Chargée de la Production Artistique. Nous l’avons interviewée pour mieux comprendre tout ce qu’elle fait avant et pendant les Francofolies.

     

    Hélène

     (c) Margaux Demangeot

    Hélène, rochelaise, entame son 13ème festival. Elle a d’abord été hôtesse, puis a travaillé six ans avec l'équipe de la Communication. Elle s’occupe désormais de la Production Artistique depuis 2 ans et s’y plait. « Je suis issue du milieu artistique et j'ai appris ce métier au fur et à mesure de mon expérience ».

    Six mois avant le festival, Hélène prépare les contrats négociés par le directeur artistique. Elle est l’assistante de Delphine Lagache, responsable du Service Artistique. Aussi, elle se met en contact avec les régisseurs et reçoit les fiches rider qui permettent d’avoir toutes les informations nécessaires à l’accueil des artistes. Ces fiches sont remplies par la production artistique des groupes. Elles sont liées aux fiches techniques qui reprennent toutes les exigences matérielles de l’artiste : ce qu’il souhaite manger, où il va dormir, ce qu’il veut dans sa loge et la technique dont il a besoin.

    Mais pour Hélène, pas question de mélanger les genres. Même si elle fréquente beaucoup les artistes, sa relation avec eux reste avant tout professionnelle : « On est là pour travailler et accueillir au mieux les artistes ».                              

                                                                                      

    Emma et Beverly


    votre commentaire
  • Jeudi 14 avril, rencontre avec la charmante et délicate Mesparrow (prononcé "Missparo"), artiste découverte et suivie depuis plusieurs mois par le Chantier des Francos. Un jeune talent  à découvrir absolument.

     

     

    Nb : Le Printemps de Bourges est maintenant passé ! Pour les plus curieux d'entre vous, on peut vous dire que les festivaliers retiendront sans conteste le nom de cette jeune artiste découverte par le Chantier ! Mesparrow a su étonner et enchanter le festival.

    Pour écouter Mesparrow, c'est par ici sur son myspace... et en live le 12 Juillet au Théâtre Verdière de La Rochelle, durant les Francofolies. Notez que Mesparrow partagera d'ailleurs la scène avec François & The Atlas Mountains, artiste découvert par le Chantier, qui a également su sortir du lot lors du Printemps de Bourges !


    Aliénor, Marion et Solenne

     


    votre commentaire
  • Gaëlle Berthomé, Chargée de l’Action Culturelle et de la Communication de l’Université de La Rochelle, a répondu à nos questions sur sa relation avec le Chantier et sur ses autres activités et projets.

     

    Gaëlle B

     

    (c) Anne Combes

    Il y a quelques années Gaëlle, alors étudiante, croise la route d’Emilie, à l’époque stagiaire au Chantier des Francos. De cette rencontre, naît la collaboration de l’Université de La Rochelle avec le Chantier des Francos. Le principe de cette association est d’amener les étudiants aux concerts, inventer différents outils, leurs donner des idées afin de produire une activité artistique, faire découvrir les artistes émergents, ainsi que l’envers du décor. Ces actions sont en relation avec la création de la carte « pass’ culture étudiant » en 2005. Ce qui permet aux étudiants de voir des spectacles à des prix plus réduits que le tarif étudiant. En effet il leur suffit de participer à cinq concerts au Chantier, et ils ont droit à une place gratuite pour un concert « Not Ze Francos ».

    Le « pass’ culture » rentre dans le cadre des nombreuses actions culturelles dont Gaëlle s’occupe, notamment des ateliers artistiques (théâtre, musique, photo…). Elle se charge également du festival « Les étudiants à l’affiche », des mini-stages de 2-3 heures avec des intervenants professionnels. L’accompagnement des projets culturels des étudiants fait aussi partie de son travail. Avec en perspective, la construction d’une nouvelle maison de l’étudiant, un outil pluridisciplinaire qui pourra accueillir des concerts.

     

     

    Clarisse & Pierre-Louis

     

     


    votre commentaire
  • Jeudi 28 Avril, rencontre avec Flora L., chargée de la coordination éditoriale avec les étudiants et de l'administration du blog In Ze Francos.

    Flora, "Ze Boss of Ze blog", nous a consacré de son temps afin de nous donner son point de vue sur l'aventure des Francos Reporters. C'est très souriante et un peu destabilisée par sa première interview, qu'elle répond à nos questions, confortablement installée dans le canapé surdimensionné de l'École Dor !

      

    Flora(c) Lucile Naour

      

    In Ze Francos: Alors, c'est quoi un « francos-reporter » ?

    Flora: Pour moi, c'est un jeune rochelais à qui on donne l'opportunité de pouvoir intégrer les coulisses des Francofolies. Cette chance n'est pas donnée à n'importe qui, je pense qu'il y a même des adultes qui aimeraient être à leur place. Un francos-reporter c'est comme un vrai journaliste. On va lui donner l'accréditation presse, comme à un professionnel.

    In Ze Francos: Comment est né le principe des francos-reporters ?

    Flora: C'est un projet initié par la mairie de La Rochelle et les Francos, un partenariat. A l'origine, il y a trois ans, les francos-reporters c'étaient les lycéens. Les étudiants les ont rejoint cette année avec le projet « In Ze Francos », qu'ils ont monté l'année dernière, pour ne créer qu'un blog commun.

    In Ze Francos: Et le blog, aujourd'hui, qui s'en occupe ?

    Flora: « In Ze Francos » est alimenté par les francos-reporters, étudiants, lycéens et collégiens. Ils sont complètement libres dans la réalisation des articles. Ils peuvent dire ce qu'ils pensent tant que leur avis reste constructif. Les intervenants en presse écrite, photo, vidéo ou radio sont aussi là pour les superviser, les guider et les accompagner dans la mise en ligne.

    In Ze Francos: C'est quoi l'objectif d' « In Ze Francos » ?

    Flora: D'abord, permettre aux jeunes rochelais qui vivent le festival chaque année de pouvoir y mettre leur grain de sel et de se sentir plus concernés par les musiques actuelles. En fait, ça leur permet de s'impliquer dans un projet, de s'initier à un métier, car la plupart d'entre-eux veulent devenir journaliste. Il faut qu'ils prennent plaisir à la réalisation de ces articles. Ensuite, on ne va pas se mentir, c'est aussi de promouvoir le festival.

    In Ze Francos: A quoi peuvent s'attendre nos internautes pour la suite ?

    Flora: Le blog s'enrichit doucement. Les étudiants étaient encore seuls à s'en occuper jusqu'ici, les lycéens et collégiens les ont rejoint à partir du stage "Francos Reporters" qui a commencé le 26 avril. On peut déjà s'attendre à davantage d'articles à partir du mois de mai. Le stage leur aura beaucoup appris, je pense que leurs articles gagneront donc en qualité et ce jusqu'au festival.

    In Ze Francos: L'esprit du blog, en quelques mots ?

    Flora: Libre, jeune et créatif !

    In Ze Francos: Un des franco-reporters t'a appelée « Le boss », ce matin. Comment est-ce que tu te perçois, toi ?

    Flora: (rires) Je ne pense pas du tout être le « boss », mais une personne à qui ils peuvent se référer, quelqu'un qui peut répondre à leurs questions, les accompagner dans le choix et l'élaboration de leurs articles, dans la mise en ligne, par exemple, et leur venir en aide.

    In Ze Francos: Et bien merci, Flora. Tu as quelque chose à rajouter?

    Flora: Je suis pressée de voir les prochains articles car je pense que nous serons étonnés des capacités et de la créativité de ces jeunes. Parfois, on ne soupçonne même pas qu'ils puissent être aussi pertinents, presque professionnels.

     

     Lucile et Elise


    votre commentaire
  • Vendredi 29 avril, nous avons eu la chance d'interviewer le groupe La Casa qui nous a expliqué son parcours musical, dans son salon avec de délicieux « cœurs coulants » (gentiment offerts par Camille).

     

    La Casa

     (c) Laura Lassegue


     

    Merci La Casa !!!

    Et pour écouter leur musique, rendez-vous ici sur leur myspace.

     

    Bonne journée !

     

    Théo, Simon, Camille, Paloma et Garance



    votre commentaire