• C'est grâce à des idées, à des rencontres, que Nevchehirlian mène autant de projets à bien. Ce musicien marseillais a commencé par le Slam, il a ensuite fait du Rock et il s'attelle aujourd'hui à mettre en musique les textes de Jacques Prévert.

    Radio

    Nevchehirlian (c) Laura Lassègue                         "Vive la Grève..., enfin..." 

    La naissance d'un projet                                                                                      Une rencontre avec Eugénie Prévert, la petite-fille du poète, donne naissance au projet. Cette première entrevue est provoquée par le réalisateur Camille Clavel qui le contacte pour son documentaire Jacques Prévert, parole d'un insoumis. Camille Clavel entraîne donc Eugénie Prévert au concert de Nevchehirlian à la Maroquineie sans que ce dernier ne soit au courant pour qu'elle lui donne son accord. Celle-ci apprécie la musique et lui explique qu'il est loin d'imaginer qui était vraiment son grand-père et tout ce qu'il a écrit. Ainsi naît l'idée de mettre en musique les textes de Prévert.

    Pour cela elle lui montre beaucoup de livres, des textes qui ne sont pas encore sortis et des lettres écrites par Prévert. Après plusieurs heures de lecture, il réalise un premier choix de textes, prend sa guitare et essaye de les chanter, de les dire, de les réciter. Le choix des textes vient ensuite de leur musicalité bien sûr mais aussi de leur profondeur politique et poétique. Et quand on lui demande s'il a choisi des textes pour leur actualité, il nous répond que ''c'est facile de dire qu'un texte est actuel'', lui ce qu'il veut, c'est montrer que c'est pire : "Quand sur Citroën, je lève le poing et dit vive la grève, c'est en fait pour dire : on a bien vu ce qu'on fait maintenant avec la grève, ce qu'ils font de nous quand on fait la grève. Ils s'en contrefoutent. De toute façon, les lois sont votées sans qu'on nous le dise. Ils décident du nucléaire et ce ne sont pas les gens qui choisissent. Ils décident de l'énergie à utiliser dans notre pays. Et tout ça pour quoi? Pour neuf euros sur la facture d'éléctricité...".                                     

    Une collaboration étonnante                                                                               C'est donc avec ses musiques et les textes de Prévert qu'il vient au Chantier des Francos pour y travailler avec un coach scénique, afin d'avoir un regard extérieur. Et c'est avec Christophe Mali qu'il travaille pendant une semaine : "ce qu'il m'a apporté, ce sont quelques choix d'arrangement, quelques choix de luminosité, des conseils sur l'énergie, des petits détails qui permettent d'entraîner le public. Car même s'il y a une part de magie là-dedans, il y a aussi des rouages qui s'apprennent au fil du temps ou grâce à un coach". Et même si le choix de Christophe Mali a crée des débats au sein du groupe, le résultat est là et Nevchehirlian nous confie qu'il était "persuadé que c'était la bonne personne".

    Son nouvel album, avec les textes de Prévert, Le Soleil Brille, Pour Tout Le Monde?, sortira au mois d'octobre. En attendant, vous pouvez aller écouter ses titres sur son blog ou sur son myspace et le retrouver le vendredi 15 juillet, au Théâtre Verdière dans le cadre des Francofolies.

     

    Florian et Noémie


    1 commentaire
  • En ce jour de fête de la musique, nous rencontrons Christophe Mali, connu pour son oeuvre artistique au sein de Tryo, et qui intervient régulièrement au Chantier des Francos en temps que coach scénique.

     Radio

    Christophe Mali (c) Alexandra Lacotte

      

    InZeFrancos : Vous êtes coach scénique au Chantier des Francos. Comment êtes vous arrivé à ce "poste"?

    J'ai une histoire, un rapport affectif avec les Francofolies parce que c'est un festival que j'aime beaucoup et auquel j'ai assisté dès l'âge de 15 ans. Quand Gérard Pont a repris les Francofolies à la suite de Jean-Louis Foulquier, il m'a proposé d'être coach scénique car je viens du théâtre. C'est donc moi qui met en scène les spectacles de Tryo mais aussi ceux d'autres artistes.

    Donc pour résumer, c'est Gérard qui m'a proposé, j'étais très enthousiaste et je suis venu une première fois en observation, et ça m'a plu. D'une certaine façon, c'est pas très loin du travail de mise en scène.

     

    InZeFrancos : Qu'essayez-vous d'apporter aux artistes que vous rencontrez?

    J'essaye de leur faire gagner du temps. Car il y a énormément de choses qu'on apprend en rôdant un spectacle et donc en jouant. Et pour ce qui est de la musique, on a souvent "la tête dans le guidon", moi le premier, et on a besoin d'avoir un regard extérieur qui puisse donner un avis clair, tranché et franc.

     

    InZeFrancos : Pourquoi soutenez-vous tant les artistes du Chantier?

    L'initiative du Chantier est très bonne et je la soutiens vraiment, car en ce moment, avec la crise du disque, les artistes n'ont pas beaucoup de structures d'accompagnement. Et ensuite, les artistes sont bons, c'est pour cela qu'on les prends ! Le Chantier est une manière pour moi de rencontrer des artistes que je n'aurais sans doute pas découvert. Et parfois, je remarque certains artistes, en travaillant avec eux, je me dis qu'ils seraient supers en première partie, qu'ils plairaient au public et aux autres membres du groupe.

    Et c'est souvent l'occasion de faire de bonnes rencontres, comme avec Ours ou Carmen Maria Vega.

     

    InZeFrancos : Vous apportez sans doutes beaucoup à vos élèves, qu'en tirez vous personnellement?

    Des rencontres ! Car cela me permet de rencontrer pleins de jeunes artistes et donc du coup de voir un petit peu ce qui se fait et d'avoir une ouverture d'esprit plus large car ce sont des artistes que je ne choisis pas, même si je participe un peu à la séléction, c'est le progammateur qui s'en occupe. Et ça m'apporte aussi énormement d'expérience car quand tu observes, que tu dissèques les choses, elles deviennent beaucoup plus claires pour toi. Après j'ai pas la prétention de tout connaître, de tout savoir. De mon côté aussi j'aime bien travailler avec des metteurs en scène, même si je mets en scène les spectacles de Tryo.

     

    InZeFrancos : Quels sont vos projets actuellement avec Tryo?

    En ce moment, on prépare le festival des Eurockéennes de Belfort. Et nous sommes aussi en préparation d'album. Donc en ce moment on prépare l'album et la tournée. Album qui va sûrement sortir courant 2012.

     

    InZeFrancos : Et pour finir un petit conseil à donner aux artistes qui n'ont pas la chance de participer au Chantier?

    De jouer ! Car nous, on peut toujours. On peut toujours mettre le chapeau et s'exprimer. Ce qui est beaucoup plus difficile pour des danseurs, pour des comédiens, pour des peintres. On sait que c'est très dur de réussir dans le milieu artistique. Mais nous en faisant de la musique, on a cette chance là de pouvoir se produire assez facilement, dans la rue ou dans les bars.

     

    Florian et Noémie


    votre commentaire
  • Petite rencontre avec La Féline qui était en résidence au Chantier des Francos et de passage à la Sirène le 10 Juillet. Elle est programmée le 13 Juillet aux Francofolies et le 23 Juillet au Casino de Paris en attendant la sortie de son disque très prochainement.

     

    La Féline

     La Féline (c) Laura Lassegue

      

    InZeFrancos : cinéma et fantastique, pour toi 2 mots alliés ?

    La Féline : c'est l'idée de rêve, de fantasme, quelque chose de féerique qui éloigne de la réalité. Moi j'aime le cinéma qui m'emmène le plus loin possible, dans des univers qui ne ressemblent pas à notre quotidien. Le fantastique, dans le sens de l'irréel, c'est aussi ce que j'aime dans la vie, dans la musique.

    InZeFrancos : Tu dis aimer le bizarre. Mais qu'est-ce qui te vient à l'idée quand nous te disons « bizarre » ?

    La Féline : je pense à Baudelaire. « Le beau bizarre » c'est l'idée que la beauté n'est pas dans la norme. J'aime aussi des artistes comme Kate Bush ou Fever Ray car ce sont des nanas qui ont des super belles voix. Par moment, elles arrivent à faire des voix d'hommes, c'est ce qui fait leur charme. C'est plus beau que quand c'est cadré, joli, bien comme il faut. 

    InZeFrancos : Qu'est ce que la « pop innocente » des années 80 ?

    La Féline : pour moi c'est la pop d'Elli (Medeiros, ndlr) et Jacno, un duo de chanteurs compositeurs des années 80. En fait, c'est de la pop faussement innocente, en français mais en rupture avec la variété française. Dans leur chanson « je t'aime tant », il y a des choses très profondes mais il y a un rythme amusant, un peu enfantin. J'aime bien aussi le morceau « c'est la ouate qu'elle préfère » (Caroline Loeb, ndlr). Dans les années 80, ça c'est beaucoup développé.

    InZeFrancos :  Quelles sont « les visions plus sombres » de tes chansons ?

    La Féline : Celles que j'aimerais transmettre en tout cas c'est la peur, la solitude absolue, la mort, la séparation, la culpabilité, l'inquiétude et l'abandon. 

    InZeFrancos : Quelle est la définition du beau pour toi ?

    La Féline : Pour moi le beau se qualifie en trois mots principalement : le bizarre, le fantastique et le nouveau.

    InZeFrancos : trouves-tu que le film « La Féline » de Jacques Tourneur (qui est en l'occurence l'inspiration de ton nom) soit bizarre, beau ou fantastique ?

    La Féline : Justement c'est les trois mots réunis qui font l'originalité et le succès de ce film !

     

    Marie et Rania

     


    votre commentaire
  •  

    Rencontre après une répétition de La Féline avec Yohan Bernard, le très sympathique ingénieur lumières du Chantier.

     

    Yohan Bernard

     (c) Anne Combes

     

    IZF : Qu'est-ce-qui vous a amené à ce métier ?

    Y.B. : Petit déjà, j'étais passionné par les lumières. Quand des amis organisaient des spectacles je m'occupais toujours de l'éclairage. C'est donc naturellement que j'ai choisi cette activité.    

    IZF :  Avez-vous eu d'autres métier avant ?

    Y.B. : J'exerce au Chantier des Francos depuis bientôt quatre ans mais j'ai toujours travaillé en tant qu'ingénieur lumières. Avant j'ai par exemple éclairé du théâtre et j'ai suivi une compagnie de danse hip-hop. Je continue d'ailleurs à faire des tournées avec eux.

    IZF : Comment mettez-vous les artistes en valeur ?

    Y.B. : Je discute d'abord avec eux pour savoir le genre d'ambiance qu'ils veulent créer avec leur musique et j'essaye de souligner leurs textes avec la lumière. 

    IZF : Est-ce-que certains artistes ont des demandes spéciales ?

    Y.B. : Oui, par exemple certains ne veulent pas certaines couleurs, pas de fumée, pas de noir entre les morceaux, d'autres au contraire ne veulent rien de particulier et me laissent carte blanche. 

    IZF : Qu'est-ce-qui vous plaît et vous déplaît dans votre métier ?

    Y.B. : J'aime travailler avec pleins de personnes différentes, être  en collaboration avec les artistes, voir l'évolution des morceaux et bien d'autres choses ! Par contre, c'est difficile de concilier la vie de famille avec les horaires et les tournées.

    IZF : Quelles sont vos préférences musicales ?

    Y.B. : J'écoute plein de choses différentes mais surtout de la Variété et du Rock.

    IZF : Et sur le Chantier, qu'est-ce qui vous a le plus séduit pour l'instant ?

    Y.B. : Je voudrais tous les citer mais ma préférence va à Twin Twin et à Lili Ster, avec qui je vais partir bientôt en tournée.

     

    Pierre-Louis et Clarisse

     

     


    votre commentaire
  • Jeudi 14 avril, rencontre avec la charmante et délicate Mesparrow (prononcé "Missparo"), artiste découverte et suivie depuis plusieurs mois par le Chantier des Francos. Un jeune talent  à découvrir absolument.

     

     

    Nb : Le Printemps de Bourges est maintenant passé ! Pour les plus curieux d'entre vous, on peut vous dire que les festivaliers retiendront sans conteste le nom de cette jeune artiste découverte par le Chantier ! Mesparrow a su étonner et enchanter le festival.

    Pour écouter Mesparrow, c'est par ici sur son myspace... et en live le 12 Juillet au Théâtre Verdière de La Rochelle, durant les Francofolies. Notez que Mesparrow partagera d'ailleurs la scène avec François & The Atlas Mountains, artiste découvert par le Chantier, qui a également su sortir du lot lors du Printemps de Bourges !


    Aliénor, Marion et Solenne

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique